Mario D'Eercommuniquez avec moi

Enseignant, auteur, biérologue

P'tit train du Nord


La première bière microbrassée et embouteillée dans les Laurentides, porte le nom de la voiture ferroviaire qui a consacré le rêve du légendaire curé de Saint-Jérôme, Antoine Labelle. Les premiers rails qui la portaient furent cloués en 1891, dans la ville où ce dernier prononçait ses oraisons dominicales. La juxtaposition des barres d’acier s’est poursuivie jusqu’en 1909, alors que l’arrivée à Mont-Laurier complétait cette voie devant assurer le développement de la région. L’heure de gloire du P'tit Train du Nord dura en fait 174,199 heures additionnelles, de 1920 à 1940, alors que le «train de neige» transportait chaque week-end des skieurs en provenance de Montréal. La popularité croissante des véhicules automobiles grugea inexorablement le marché de ce mode de transport. Le dernier convoi de voyageurs apporta de joyeux lurons en 1981. La livraison finale de marchandises a eu lieu, quant à elle, en 1989. Suite à la mobilisation des habitants de la région, on remplaça les rails au profit d’un mode de transport plus moderne: la bicyclette! Pour l’inauguration, on ajouta alors les mots «parc» et «linéaire» au nom original, ce qui nous disait implicitement qu’il s’agissait maintenant d’un lieu sacré pour le vélo. Comme le support à ski de bicycle n’avait pas encore été inventé, la pratique était limitée au printemps, à l’été et à l’automne. La motoneige et le ski de randonnée assuraient le relais pour les autres saisons: l’automne, l’hiver et le printemps...

L’étiquette nous informe également que cette bière est brassée «à l’eau de source». Ladite source coule effectivement à l’intérieur de la brasserie! I

Outre la légendaire locomotive, l’étiquette met bien en valeur le nom de la brasserie: Saint Arnould. Nous devons marcher encore plus loin sur le sentier des temps pour découvrir l’origine du nom. Il s’agit des deux patrons de la bière. Le premier, évêque de Metz, a été inhumé en 640. L’année suivante, les habitants de son diocèse en réquisionnèrent le corps pour qu’il repose dans l’église de la ville. Lors d’une pause, une seule cruche n’était disponible pour ragaillardir le gosier des pèlerins. Elle ne s’est jamais asséchée et tous ont bu à satiété. Quatre cent plus tard, Arnould, dit «le Fort» proposa aux habitants de sa région de boire de la bière plutôt que l’eau de la rivière. Il permis ainsi de stopper une épidémie car de graves problèmes de pollution frappaient alors les rivières à cette époque.


L’étiquette nous informe également que cette bière est brassée «à l’eau de source». Ladite source coule effectivement à l’intérieur de la brasserie! Il s’agit de la même eau qui étanchait la soif des habitants du village alors que la ferme qui se tenait au même endroit il y a plusieurs années. La maison Camille Cloutier, soutirait à plus de 250 pieds sous le sable, cette eau d’une grande pureté. Elle est déjà très bonne, mais sa métamorphose en bière l’améliore considérablement.


Et cette bière, que goûte-t-elle? Voici quelques extraits d’un livre à paraître au mois d’octobre* sous la signature de votre humble serviteur et de son complice Alain Geoffroy. «C’est la cantaloup ou la mangue qui caractérise ses arômes. Douce et ronde en bouche, elle s’exprime par une agréable amertume qui s’assoit confortablement sur un nid de céréales fraîchement coupées. Cette amertume est fruitée et rappelle les fruits tropicaux.» Alain lui a accordé 3 étoiles et votre serviteur 2 et 1/2. Il importe de vous souligner ici que pour ce type de bière, soit désinvolte, la note maximale est justement deux étoiles et une demie...


On peut trouver cette bière dans la majorité des enseignes METRO des Laurentides, à La Porte des bières de Saint-Jérôme, au IGA de St-Jovite, au Provigo de l’Annonciation et à L’Essentiel de Nominingue.




Véritable temple «gloire à la bière», la microbrasserie mérite amplement que l’on s’y rendre. L’exposition de bouteilles, canettes et autres reliques nous invite à flâner. Les petits coquins ont néanmoins glissé, ici et là quelques «artefacts» fabriqués de toutes pièces. Il est possible de visiter les installations de brassage tous les jours, à l’exception du mardi et du dimanche, (11h00 et 15h00). Le menu fait grand honneur à la cuisine à la bière.


Microbrasserie St-Arnould435 Paquette Saint-Jovite QC (819) 425-1262


* «404 bières à déguster, 2e édition»