Mario D'Eercommuniquez avec moi

Enseignant, auteur, biérologue

Un festival effervescent (naissance du Festibière de Chambly)



La question existentielle de le dire ou de le taire me hante les esprits. Le seul geste d'écrire cette phrase si banale m'a causé tant d'ennuis. Il m'a fallu plus d'une heure pour d'abord trouver chacun des mots qui la compose puis de les assembler pour qu'elle forme un tout cohérent.


Vous savez déjà que mon âme trempe déjà profondément dans le précieux liquide. Voilà que depuis quelques mois, toute mon existence se consacre à l'organisation d'un festival de la bière. Dois-je en faire le sujet d'une chronique ou de simplement en glisser un mot discret à la toute fin de mon texte? «To beer or not to beer» disait Shakesbeer dans son délire d'écrire.

Le plus grand musée de la bière au monde, le Musée européen de la bière, y organisera une exposition, la première de son histoire à l'extérieur de la France.

Mon trouble immatériel se voile de la confusion engendrée par le choix incontournable associé au fait qu'il ne peut y avoir qu'une seule fin de texte. Attendre jusqu'en bas de cette page pour vous parler du Festibière de Chambly ajoute à mes hésitations sur le choix d'un sujet et crée dans mes pensées une diversion malsaine.


Dois-je privilégier l'organisation du premier prix culinaire de l'Association des microbrasseries du Québec dont les recettes des gagnants seront servies aux visiteurs du festival? Comme ils seront l'objet de démonstrations par un chef des plus réputé au Québec, monsieur Ronald Marcotte, il faudrait le dire, même si d'autres virtuoses de la spatule et de la cuisson serviront, près de lui, des spécialités régionales. La gastronomie à la bière en est dans ses premiers balbutiements et un événement tel celui-là doit tout faire pour contribuer à son développement.


Peu importe le sujet que je choisirai, je devrai naturellement m'arranger pour glisser un mot sur le fait que lElle y présentera des affiches anciennes, des équipements anciens et des photographies sur le brassage dans une abbaye. Rien de plus céleste que de boire une trappiste sur un lieu historique dans une ambiance monastique...


Mais comment le faire sans m'exposer aux «observations» de tous mes amis de l'Ordre de Saint-Arnould qui seront sur les lieux pour animer le centre d'interprétation des goûts de la bière, les ateliers sur la dégustation (et plusieurs autres sujets), la mini-salle de brassage, le jeu déguste-bière ainsi que le rallye... Mais comment le faire sans froisser les saltimbanques, jongleurs et cracheurs de feu qui se chargeront de créer une ambiance de la Renaissance au Fort-Chambly? Mais comment le faire tout en gardant le respect de ces soldats du Régiment Carignan Salières, de la Milice et de la Compagnie franche de la marine qui paraderont ici et là sur le site, tirant du fusil et faisant cuire le gibier dans le campement militaire reconstitué?

Peu importe le sujet que je choisirai, je devrai naturellement souligner la présence de Robert Charlebois comme président honoraire qui portera des toasts ici et là avec les festivaliers.


Devrais-je parler de toutes ces bières nouvelles qui arroseront le Fort? Ces Ambre des Flandres, Coppenhagen, Grande débacle, Jenlain, Liefmans, Métayer, Orval, Otter Creek, St-Bernardus, Vapeur en Folie, Warsteiner, les bières de septembre préparées par les microbrasseries du Québec et j'en passe plusieurs (plusieurs) dizaines... En fait, le Festibière de Chambly regroupe tant de bières spéciales que nous devons offrir un passeport pour permettre aux visiteurs de profiter de trois jours d'entrées sur le site. Bien quoi; pourquoi tant de bières dans ce décor enchanteresque? Il s'agit d'un festival de la bière après tout!Toutes ces questions ésotériques m'empêchent ce mois-ci de vous offrir une chronique. La seule chose que je suis en mesure d'écrire est un court paragraphe qui vous invite à venir découvrir toute la richesse du monde de la bière de dégustation, au lieu historique du Fort-Chambly, les 8, 9 et 10 septembre prochain (de 11h00 à 19h30 sauf le dimanche qui ferme à 18h00). Vous trouverez un coupon pour faire venir votre passeport dans les caisses de 6 bouteilles des bières des microbrasseries du Québec.

***
Rédigé en 1995