Mario D'Eercommuniquez avec moi

Enseignant, auteur, biérologue

Czech lager


Il nous fallait, pour souligner dignement le cinquième anniversaire du Festibière, inviter les 10 meilleures bières au monde! Le concept de «meilleure bière au monde» m'empêche souvent de dormir. Comme ses saveurs sont en constante évolution, comme les perceptions sensorielles des goûteurs varient considérablement d'une personne à l'autre, et comme le goût est également un concept d'une grande relativité, j'étais plongé dans une équation insoluble.
Que devions-nous faire? Aller les chercher moi-même? Alors que nous consultions sur cette délicate question, un fax de la Tchéquie nous imposa la décision.


J'optai donc pour consulter me collègues journalistes en Belgique, au Canada, aux États-Unis, en France, en Grande-Bretagne, en Suisse, et au Québec. Je ne voulais pas savoir quelles étaient selon eux les meilleures bières au monde! Pourquoi? La majorité m'auraient proposé des cervoises qu'ils boivent rarement... :-) Je préférais leur demander la liste des 10 bières qu'ils apporteraient avec eux au paradis pour consommation éternelle. L'ordre n'avait aucune importance. J'accordais un point par bière faisant partie de chacune des listes. Je retenais les dix bières ayant remporté le plus grand nombre de votes. La Budweiser de la République tchèque figurait sur la liste. Comment faire maintenant pour l'importer au Québec, sachant que la brasserie Labatt détenait les droits pour la marque de commerce de l'homonyme américaine?

J'entrepris des négociations directement avec la brasserie ainsi qu'avec un distributeur dans un pays neutre, en Suisse. Je proposais aux Tchèques de me vendre des fûts (contournant ainsi les lois de l'étiquetage), en la nommant le nom qu'ils me proposeraient, mais en les assurant que je ferais tout pour que les journalistes sachent de quelle bière il s'agissait. De cette façon, nous respections toutes les lois

J'obtins rapidement une réponse positive de notre complice helvétique qui assurait alors l'arrivée de 50 caisses de Budweiser dans les délais requis par la Société des alcools du Québec. La réponse des Tchèques est arrivée au mois de juillet, alors que les délais administratifs étaient écoulés. Ils acceptaient de nous vendre 5 fûts! Nous étions vraiment embarrassés, compte-tenu de la possibilité d'obtenir cette bière fraîche, en exclusivité. Mais il nous fallait alors payer le transport par avion, chaque baril coûtant autant qu'une personne!

Que devions-nous faire? Aller les chercher moi-même? Alors que nous consultions sur cette délicate question, un fax de la Tchéquie nous imposa la décision. La communication nous disait que la bière était donnée et que les frais de livraison aérienne étaient également assurés par la compagnie...

Voilà l'un de mes plus beaux souvenirs du Festibière, alors qu'il se tenait à Chambly.