Mario D'Eercommuniquez avec moi

Enseignant, auteur, biérologue

Accords moules et Bières à l'Euro-Bistro Café


«La moule, un petit mollusque lamellibranche comestible, aux valves oblongues et renflées, d’un bleu ardoisé, sans charnière, vit fixé sur les rochers, sur les corps immergés. » (Le petit Robert). Cet animal invertébré est toutefois plus souvent immergé dans une sauce aromatisée qui lui insuffle des saveurs multicolores (polychromées si vous préférez) après une cuisson assez rapide. Le gout naturellement fade de sa chair se moule alors à son environnement fluide pour s’imbiber de ses caractéristiques sapides.

Lorsque nous analysons un peu plus en profondeur les personnalités en jeu, nous constatons que les deux bières les plus généreuses en termes de «propension à mettre en valeur les qualités des moules» sont la Leffe Blonde et la Bière des Ours. Qu’ont-elles en commun? Une saveur sucrée, dénuée d’acidité.

Dans les restaurants, la moule est habituellement servie accompagnée de frites! Pourquoi des frites? Probablement parce qu’il s’agit d’une association fort populaire en Belgique, un pays nous proposant des frites à toutes les sauces, et dont la texture s’imbibe efficacement de celles dans lesquelles ces gentils coquillages sont apprêtés. Personnellement, je préfère assécher mes bols avec un morceau de pain ou tout simplement à la cuillère, comme je le fais avec toutes les soupes. Cette tactique me permet de consommer plus de moules (et presque pas de frites), ce qui est bien utile lors des promotions «moules à volonté», qu’on nous propose habituellement en milieu de semaine, ici et là sur les rivages qui entourent la Place du Portage.


L’Euro Bistro Café, sur la promenade du même nom, nous propose le mardi soir des soirées épiques, arrosées de onze sauces différentes. Pour en profiter pleinement, mieux vaut inviter la chevalerie au complet. Ainsi, chaque membre de la confrérie demande un plat unique, qu’il partage ensuite avec ses frères (ou soeurs, c’est selon). Lors de mon passage, ma horde se composait de deux fidèles compagnons de l’ordre! L’Ordre de Saint-Arnould, il van s’en dire, Alain et Benoît, vaillants combattant pour la cause de l’épanouissement de la bière qui goute vraiment. Il importe de le souligner ici, contrairement aux moules, il est très mal vu de relever les saveurs d’une bière en la trempant dans une sauce aromatisée… Cela n’empêche pas Labatt de le faire avec ses Boomerang, mais cela est une toute autre histoire.


La curiosité de nos papilles nous a fait déguster : les moules aux poires, à la tomate épicée, à l’estragon, à l’ail, aux porto et vin ainsi qu’aux crevettes. Du côté cervoise, nous avons proposé les accompagnements Leffe blonde, Fou de Bassan, Hoegarden, Orval, Boréale rousse et Bière des Ours. En d’autres mots, nous avons formé sur nos papilles 30 couples différents. Lequel nous proposait l’orgasme lingual? Lequel aboutissait sur un conflit irréconciliable? «Tout est relatif en ce bas monde» constatait l’obscur agent de brevet de Berne, plus tard connu par son patronyme, Einstein. Il en est ainsi des épousailles moules-bières. Votre jugement est final.


Si vous me permettez quelques conseils, j’éviterais la combinaison Bière des Ours – Moules aux crevettes qui soulève une relation âcre-aigre dans mon intimité buccale. D’autres tandems moins bien assortis portent les noms de tomates épicées – Orval, tomates épicées – Hoegarden, vin et porto – Leffe blonde, poire – Fou de Bassan, poire – Boréale rousse. Bref, sur trente couples formés ce soir-là, cinq procurent l’envers de la jouissance dans ma bouche, soit 16 % - ce qui est nettement inférieur au taux de divorce au Québec. Les jouissances ambrosiennes? Poire – Bière des Ours, tomates épicées – Leffe blonde, tomates épicées – Fou de Bassan, tomates épicées – Bière des Ours, estragon – Leffe blonde, estragon – Boréale rousse, estragon – Bière des Ours, Ail -Hoegarden, Ail – Boréale rousse, Ail – Bière des Ours, vin et porto – Fou de bassan, vin et porto – Bière des ours, crevettes – Leffe blonde (sublime), crevette – Hoegarden, crevette – Orval. Au chapitre du plaisir, 15 combinaisons gagnantes, soit 50 %, ce qui est nettement supérieur au taux de mariage réussi au Québec!



Lorsque nous analysons un peu plus en profondeur les personnalités en jeu, nous constatons que les deux bières les plus généreuses en termes de «propension à mettre en valeur les qualités des moules» sont la Leffe Blonde et la Bière des Ours. Qu’ont-elles en commun? Une saveur sucrée, dénuée d’acidité. Toutes les autres bières ont tendance à se mettre elles-mêmes en valeur lors des célébrations. Du côté des moules, les plus susceptibles de se laisser aller à faire des confidences sur le lit de nos papilles, et ainsi exciter la nature profonde des bières sont les sauces aux poires, à l’estragon et à l’ail. Qu’ont-elles en commun? Une sauce à base de crème. La crème faciliterait-elle les unions avec la bière? Certes oui, comme nous pouvons le constater dans un livre qui vient tout juste d’être publié; «Les épousailles bières et fromages», publié par Trécarré, sous la signature de votre humble serviteur… En vente dans toutes les bonnes librairies. S’cusez-la!