Mario D'Eercommuniquez avec moi

Enseignant, auteur, biérologue

La bière, ce bouillon de vitamines


On entend souvent dire que la bière, c’est du pain liquide. Dans les faits, c’est plutôt le pain qui est de la bière solide. Comme nous pouvons le déduire de l’histoire suivante.

Lorsque nous fouillons le passé de la bière, à la recherche de son origine, nous devinons comment elle émerge tout simplement du besoin fondamental de protéger les récoltes. En quête de nourriture, les peuples précolombiens se déplacent considérablement. Les historiens s’entendent pour avancer que l’agriculture les sédentarise. D’après les archéologues, le premier grain cultivé est l’orge, une des céréales les plus faciles à faire pousser dans plusieurs types de sols. Les récoltes doivent naturellement être entreposées. Elles sont tout simplement déposées sur le sol.Devant cette généreuse source d’amidon, la vermine et les rongeurs s’en donnent à coeur joie. On invente éventuellement cette technique efficace d’entreposage des grains : les maintenir dans des récipients remplis d’eau. Les conditions sont maintenant réunies pour que de la bière en rejaillisse. Riche en levure présentes dans l’air ambiant, cette soupe a souvent l’occasion de fermenter. Lorsqu’il se nourrit de ce gaspacho, le premier homme se sent plus heureux, ragaillardi. Les durs labeurs de la vie lui apparaissent plus faciles. Il y voit une intervention divine. Nous pouvons ainsi déclarer que la bière est la récompense offerte au singe pour s’être transformé en homme...

D’après ce dernier, l’alcool « huile » la circulation en augmentant le taux des lipoprotéines de haute densité, mieux connues sous le nom de « bon cholestérol ».

On a longtemps associé « bière » à « bedaine » et conclu qu’elle faisait prendre du poids. La relation est réelle en ce sens que la bière accroît l’appétit. Il faut plutôt surveiller ce que l’on mange. Il y a plus de calories ( et de gras ) dans un petit sac de croustilles ( env. 300/50 gr ), dans la petite poignée d’arachides ( env. 250 ) ou dans les quelques petits cubes de fromage ( env. 300 ) que dans une bouteille normale de bière ( env. 150 ) . Les résultats de plusieurs recherches démontrent que les buveurs modérés de bière vivent plus longtemps que les abstinents et les alcooliques. Selon le docteur David Wiliams, la bière aide à lubrifier la circulation sanguine, ce qui contribue à diminuer les risques de caillots dans les artères coronariennes. D’après ce dernier, l’alcool « huile » la circulation en augmentant le taux des lipoprotéines de haute densité, mieux connues sous le nom de « bon cholestérol ». Il abaisse également le taux de fibrinogènes, ces petites particules du sang qui contribuent au mécanisme de blocage des artères. L’alcool semble finalement diminuer l’adhérence des plaquettes sanguines entre elles. Il ne faut pas sous-estimer non plus l’effet de relaxation de la consommation de petites quantités d’alcool sur l’esprit et le stress. Boire modérément à chaque jour est meilleur pour la santé que l’abstinence totale. La bière constitue également la boisson alcoolisée la plus nutritive en termes de valeur alimentaire.


Elle offre des constituants alimentaires de chacun des groupes ! On ne peut pas en dire autant des autres boissons alcoolisées, surtout les spiritueux. Voici les principaux éléments qu’elle contient . Notons que les quantités peuvent varier d’une marque à l’autre:


Hydrates de carbone


Générateur d’énergie, ils permettent à l’organisme de fonctionner.


Protéines


Constituants essentiels des matières vivantes.


Minéraux


• Calcium : favorise la constitution des tissus osseux.


• Magnésium : favorise la croissance et la synthèse des matières grasses.


• Phosphore : favorise la synthèse des sucres, des matières azotées et des matières grasses dans les cellules.


• Potassium : favorise le maintien d’un équilibre entre les cellules et les liquides de l’organisme.


Vitamines


• Acide folique ( vitamine B8) : contribue à la formation des globules rouges.


• Niacine ( acide pantothénique ou vitamine B3 ) : contribue à la santé des cellules ( synthétisation de la graisse et du cholestérol ).


• Riboflavine ( vitamine B2 ) : contribue à la respiration cellulaire ( tissus et peau ).


• Pyridoxine ( vitamine B6 ) : contribue au métabolisme et à l’absorption des protéines.