Mario D'Eercommuniquez avec moi

Enseignant, auteur, biérologue

Mario D'Eer aime bien croire que l'humanité est née à cause de la bière



par Carole Pronovost, Journal de Chambly, 25 août 1998


Pasted Graphic
Mario D’Eer aime bien croire, et dire, que l’humanité a été créée à cause de la bière. Il n’y a pas d’écrits qui le prouvent, mais c’est par déductions que cet homme, qui a fouillé tout ce qui touche ce produit bien plus noble qu’on a voulu le laisser croire, est arrivé à sa théorie.

Il explique très sérieusement que lorsque l’homme n’était pas encore homme et que le singe n’était pas tout à fait singe, le besoin précédait le geste. J’ai faim, je mange. L’homme était alors nomade, et vivait de cueillette et de chasse, qui satisfaisaient son besoin immédiat. Quand il s’est arrêté, c’est qu’il avait comencé à cultiver : l’orge et le blé, deux céréales qui sont la base de la bière.

Voilà, on y vient.



Se retrouvant avec beaucoup de grains, l’homme devenu sédentaire invente la jarre pour les entreposer. Mais il perd encore des grains. Il pense alors à y mettre de l’eau. Mais les grains y séjournant longtemps, arrive la fermentation. Le premier homme ne sait pas ce qu’est l’ivresse, mais il sent bien que ce liquide a un effet… qui le met en communication avec les êtres supérieurs. Et à cette époque, les dieux et déesses étaient nombreux et leur symbolique fort riche. La fertilité, la naissance, les récoltes étaient attribuées aux déesses, à cause du lien avec la terre mère.

D’où le thème du Festibière qui se tiendra du 4 au 7 septembre prochain, «Femmes, déesses et bière». Mais la place de la femme dans le monde de la bière ne s’arrête pas là : il fut un temps où la bière était fabriquée par les femmes, tout comme le pain, et aujourd’hui, assure mario D’Eer, ce sont les femmes qui dominent le marché des bières de dégusation. Il n’est donc que juste que le Festibière leur fasse une place de choix.

Une bière Saint-Arnould



Pour célébrer ce 4e Festibière de Chambly, l’Ordre de Saint-Arould, qui encadre les chevaliers de la bière, lancera en grande première une bière de Saint-Arnould : une Triple de Saint-Arnould concoctée avec la complicité de Gino, le maître-brasseur chez Unibroue. Ce sera une bière inspirée de deux des plus grandes bières belges.

D’abord brassée en petites quantités, elle sera testée pendant le Festibière. Mais l’objectif de Mario D’Eer est de la mettre en marché pour qu’elle devienne une source de revenus pour l’organisation du Festibière. Histoire de lui assurer une permanence.

Entre autres nouvautés, le site de la fête, toujours au Frot-Chambly, offrira une tente de dégustation de bières et fromages. Les stands alimentaires reveinnent aux plats spéciaux et de gibiers et une soixantaine de nouvelles bières feront leurs entrées sur le site, puisque le marché des bières de dégustation est en constant renouvellement.

Et bien sur, les bières trappistes seront encore là, en plus grande quantité, ce qui n'est pas peu dire sur le travail accompli par Mario D’Eer car certaines de ces bières sont difficules à trouver même en Belgique! Comme l’année dernière il avait fallu fermer tous les stands des bières trappistes, rapidement mis à sec par les amateurs faisant la file dès l’ouverture du site, il fallait bien que cette année les tonneaux soient plus généreux.

Enfin, Mario D’Eer, après son livre encyclopédique lancé plus tôt cet été, y lancera son agenda. L’Agenda du millénaire, de l’année où on sortira de ce millénaire, une année aussi importante à laisser à nos enfants que celle qui nous fera entrer dans le nouveau millénaire; l’agenda de la fin du siècle qui a vu naitre la bière de dégustation», dit cet homme pour qui tout tourne autour de la bière, qui fait tourner les têtes, qui font tourner le monde.